• Claude François, page spéciale

     

    Claude François, surnommé « Cloclo », né le 1er février 1939 à Ismaïlia en Égypte et mort accidentellement le 11 mars 1978 à l'âge de trente-neuf ans à Paris, est un chanteur populaire et producteur français des années 1960 et 1970.

    Claude François, page spéciale

     

    Tout au long de ses seize années de carrière, il fut l'un des artistes français les plus appréciés du public. Son succès et sa popularité ne se sont pas démentis après sa disparition. De son vivant, il a vendu 35 millions de disques et, jusqu'à 2009, 28 millions, soit en tout 63 millions de disques. Nombre de ses chansons furent des succès et sont restées dans les mémoires, comme Belles ! Belles ! Belles !, Cette année-là, Le Lundi au soleil, Le téléphone pleure, Magnolias for Ever, Alexandrie Alexandra ou encore Comme d'habitude, qui est devenu un succès international sous le titre de My Way.

     

    Claude François, page spéciale

    Biographie

    Origines et enfance

    La famille paternelle de Claude François est lyonnaise1. Nicolas Joseph François, né à Saint-Maurice-sur-Moselle (Vosges) en 1835, et Marie Anne Delphine Callon, née à Mars (Ardèche) en 1845, se sont mariés en 1872 à Port Saïd (Égypte), où Nicolas Joseph François était télégraphiste pour la Compagnie du canal de Suez. Leurs trois enfants, Gustave, Elisa et Adolphe voient ainsi le jour successivement à Port Saïd, Suez et Ismaïlia.

    Adolphe François, grand-père de Claude François, caporal-fourrier au 52e régiment d'infanterie, est tué à Tahure, dans la Marne, le 25 septembre 1915, lors de la Première Guerre mondiale, alors qu'il n'a que trente-cinq ans. Il laisse trois fils, dont Aimé François, lesquels travailleront comme chefs du trafic du canal de Suez.

    Aimé François épouse une Italienne, Lucia MazzeiNote, dite « Chouffa ». La famille de Lucia est originaire de Calabre, en Italie. Lucia s'occupe du foyer familial et a longtemps joué du piano. Ses deux frères, l'un violoniste, l'autre pianiste, accompagnaient les films muets, puis ont joué pour le five o'clock tea de l'armée britannique qui occupait le canal de Suez.

    Claude François, page spéciale

    Le couple a deux enfants :

    Marie-Josée François, dite « Josette », née en 1934, la fille aînée, qui écrira ses mémoires en 2008.
    Claude Antoine Marie François, né le 1er février 1939 : il est de tradition chez les François d'appeler les garçons par un prénom commençant par un A, mais sa mère imposa le prénom de « Claude ». Antoine lui fut donc attribué en deuxième prénom et Marie, le prénom de la Vierge, en troisième pour protéger l'enfant.
    L'enfance de Claude se passe dans une des belles villas de la Compagnie du canal de Suez à Ismaïlia. Sa famille, qui a des domestiques, mène un train de vie très aisé. Cependant, durant la Seconde Guerre mondiale, Ismaïlia est bombardée par les Allemands et la villa de la famille François est détruite. Le jeune Claude et sa sœur sont alors recueillis par leur grand-mère paternelle qui habite une vieille maison proche des quartiers populaires : Claude s'y mêle aux jeunes enfants d'origines diverses (grecs, maltais, italiens, arabes), il y reste jusqu'à l'âge d'aller à l'école.

    Ses parents le placent en internat dans une école confessionnelle. Puis ils l'inscrivent au lycée français du Caire comme externe (1953-1954). La chambre qu'il loue est en face de Radio le Caire si bien qu'il y est toujours fourré, écoutant en avant-première les disques français ou américains. Il décroche la première partie du bac mais non la seconde. À cette époque, le jeune Claude assiste aux répétitions de ses oncles maternels et fait une première année de violon.

    En 1956, la famille François est expulsée d’Égypte (avec de nombreux Français et Britanniques) à la suite de la nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser. Sur fond d'un déchaînement soudain d'hostilité envers les étrangers occidentaux, le départ d'Égypte s'effectue en catastrophe sous les coups, les crachats, les injures, les humiliations (la mise à nu lors du passage à la douane) et les jets de pierres. Le navire accoste au Havre, d'où ils gagnent Paris.

    Après un séjour dans une chambre d'hôtel, les François, fatigués de quémander quelques subsides auprès de la Compagnie du canal de Suez, partent en train pour Monte-Carlo où réside, depuis son mariage l'été précédent, leur fille Josette. Ruinée, la famille s’installe d'abord à Monaco dans un appartement acquis grâce à la prime de réinstallation donnée par la Compagnie du canal de Suez (Claude étudie au lycée Albert-Premier), puis à Nice. Ils vivent dans une certaine pauvreté : Claude dort par terre sur le sol de l'appartement, vole à l'étalage, se nourrit de pain trempé dans de la vinaigrette, ce qui lui cause un ulcère à l'estomac et l'exempte du service militaire ...................................................................

     

    ref : Wikipédia

     

    Claude François, page spéciale

    Claude François, page spécialeClaude François, page spéciale

    Claude François, page spéciale

     

     

    Deux pages spéciales lui seront consacrées

    Aujourd'hui la première page concerne les années 60

    la programation a été réalisée par mon épouse Dominique

    une grande fan de Cloclo

     

    hp 13          A   TOI   CLAUDE          hp 14

     

     

    1962

    Claude François, page spéciale     Claude François, page spéciale

                   Ne t'en fais pas mon vieux                     Vénus en blue-jeans

                    

     

     

    1963

    Claude François, page spéciale     Claude François, page spéciale 

                        Pauvre petite fille riche                  Je veux rester seul avec toi

                     

     

     

    1964

      Claude François, page spéciale      Claude François, page spéciale

                                   Dis moi quand                                                Je sais

                     

     

     

    1965

         Claude François, page spéciale      Claude François, page spéciale 

                                          Alors salut                                               Silhouettes

                       

     

     

    1966

          Claude François, page spéciale       Claude François, page spéciale

                        J'ai joué et puis j'ai perdu                         Miss félicity Gray

                       

     

     

    1967

            Claude François, page spéciale        Claude François, page spéciale

                         Qu'est-ce que tu deviens ?              La plus belle chose au monde

                         

     

     

    1968

          Claude François, page spéciale        Claude François, page spéciale

                           Monsieur le businessman                                    Eloïse

                        

     

     

    1969

           Claude François, page spéciale        Claude François, page spéciale

                    Une petite fille aux yeux rouge                       Il reste toujours

                        

     

     

     

    Claude François, page spéciale

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Alice Dona, 1966Le Bleu de l'été, paroles et karaoké »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    7
    Lundi 23 Mars 2015 à 18:21

    oui, j'ai voulu faire cette page spéciale sur cloclo il y en aura une autre avec les années 70 mais un peu plus tard. et cela sera tout ou presque.

    je pense qu'il y a beaucoup de blogs qui lui sont destinés et je ne veux pas empiéter sur leurs domaines.

    je vous souhaite une bonne soirée à tous

    georges

     

    6
    Lundi 23 Mars 2015 à 17:53

    Bonjour Georges

    Comme tu te doute je te dirais qu'une chose superbe post sur Cloclo . J'ai découvert Claude à la télé en 1963 c'était l'émission télé-dimanche de R. Marcillac ou il chantait pauvre petite fille riche , depuis je l'ai suivi  et aujourd'hui je continue à travers mon blog  . Je te souhaite une excellente semaine .

    Avec toute mon Amitié

    Henry

    5
    Lundi 23 Mars 2015 à 10:17

    Bonjour Georges

    Une magnifique page sur Cloclo . Des années 60 je connais surtout dans ta sélection "Pauvre petite fille riche" . J'ai pas tout écouté mais de ce que j'ai écouté j'aime bien "Je sais"  .

    Je te souhaite une belle journée .

    Bisous

    Nadine

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Dimanche 22 Mars 2015 à 19:39

    pour le jouet extraordinaire

    1966

    [Pochette de Le jouet extraordinaire - 11ème série (Claude FRANÇOIS)]

    bisous ... georges

    3
    Dimanche 22 Mars 2015 à 17:43

    clo clo clo clo     je t'aime (rire)

    on danse encore beaucoup sur clo clo et je crois encore pour longtemps 

    M.Cbisous 

    Ps j'ai découvert clo clo  avec le jouet extraordinaire j'aimerais bien savoir l'année de cette chanson juste pour voir ....car moi petite fille j'étais tres sheila (rire)

    2
    Dimanche 22 Mars 2015 à 15:36

    Bonjour merc i pour ton passage sur mon blog Claude François j'était jeune fille en ce temps là mais c'est super merci 

    Amitié Eveline.

     

    1
    Dimanche 22 Mars 2015 à 10:41

    Bonjour mon cher Geoss, 

    Je te souhaite un bon Dimanche ! 

    Très bel article sur Claude François ! 

    Ah il était très aimé. 

    J'aime beaucoup 

    Le printemps est arrivé, mais il y a un 

    vent froid ! 

    Merci de tes gentils commentaires. 

    Gros bisous de Bisette. 

    Bon Dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :