• Herbert Von Karajan

     

     

    Herbert von Karajan né Héribert Ritter von Karajan est un chef d'orchestre autrichien, né à Salzbourg le 5 avril 1908 et mort à Anif (près de Salzbourg) le 16 juillet 1989.
    Spécialiste du répertoire austro-germanique et mitteleuropéen de Bach à Bartók ainsi que de l'opéra italien, il a laissé près de six cents enregistrements chez Deutsche Grammophon, EMI et Decca, ce qui en fait le chef le plus enregistré du xxe siècle.

     

    Herbert Von Karajan

     

     

     

    Herbert Von Karajan

    Biographie

    Herbert von Karajan est né dans une famille autrichienne de Salzbourg dont un ancêtre côté paternel était originaire de Macédoine. Son arrière-arrière-grand-père, l'Aroumain Geòrgios Johannes Karajànnis, originaire de Kozani, dans l'actuelle Grèce, partit pour Vienne en 1767 puis pour Chemnitz en Saxe. Lui et son fils furent anoblis par l'Électeur de Saxe, Frédéric-Auguste III, le 1er juin 1792 en reconnaissance de leur contribution au développement de l'industrie textile saxonne ; Karajànnis devint Karajan, auquel fut ajoutée la particule « von ».
    Herbert von Karajan fait ses débuts officiels de chef d'orchestre en 1929 en dirigeant Salomé de Richard Strauss à Salzbourg et devient, jusqu'en 1934, premier maître de chapelle de l'Opéra d'État d'Ulm. En 1933, il fait ses débuts au Festival de Salzbourg en dirigeant La Nuit de Walpurgis de Mendelssohn dans une production du Faust de Goethe par le metteur en scène Max Reinhardt. La même année, il présente à Salzbourg une première demande d'adhésion au Parti Nazi, qui n'aboutit pas à cause des restrictions décidées au sein du parti nazi après l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler ; mais il y adhère finalement deux ans plus tard, en mars 1935, dans le but d'obtenir le poste ardemment convoité de chef de l'orchestre symphonique du Théâtre d'Aix-la-Chapelle. Cette année-là, il est le plus jeune chef d'orchestre allemand et il est invité à diriger à Stockholm, Bruxelles et Amsterdam. En 1937, il fait ses débuts à la tête de l'Orchestre philharmonique de Berlin et de l'Opéra national dans Fidelio.

    Herbert Von KarajanC'est en 1938 qu'il obtient son premier grand succès à Berlin en dirigeant Tristan et Isolde ; un critique berlinois titre ainsi son article : « Das Wunder Karajan » (« Le miracle Karajan »). Il devient alors un pion utilisé contre Wilhelm Furtwängler dans la guerre culturelle interne qui oppose Joseph Goebbels à Hermann Göring pour le contrôle du monde musical allemand, Goebbels soutenant l'Orchestre philharmonique de Berlin et Goering l'Opéra national. Le 26 juillet 1938, il épouse la chanteuse d'opérette, Elmy Holgerloef. Ils divorcent en 1942.
    En 1939, Karajan s'attire l'inimitié de Hitler lors d'un concert de gala donné en l'honneur des monarques yougoslaves où, en raison de l'erreur d'un chanteur, il perd le fil des Maîtres Chanteurs — qu'il dirigeait sans partition, comme à son habitude —, les chanteurs cessent alors de chanter et, dans la plus grande confusion, le rideau tombe ; furieux, Hitler donne cet ordre à Winifred Wagner : « Moi vivant, Herr von Karajan ne dirigera jamais à Bayreuth ». Karajan demeure cependant à la tête de l'orchestre de la Staatskapelle de Berlin à l'Opéra national.
    Après la guerre, en 1947, il est « dénazifié » par les Alliés et pris sous contrat par Walter Legge, pour devenir l'année suivante chef d'orchestre permanent du Philharmonia Orchestra à Londres. À la réouverture du Festival de Bayreuth en 1951, ainsi que l'année suivante, il est invité à diriger l'orchestre du festival, notamment dans un Tristan et Isolde devenu légendaire. Le chef d'orchestre Wilhelm Furtwängler meurt fin 1954. Karajan est nommé en 1955 chef à vie de l'Orchestre philharmonique de Berlin, ce qui lui permet de réaliser son rêve de toujours : de
    venir le successeur de l'illustre chef allemand.

    Herbert Von Karajan

    Sa nomination signe le départ de Sergiu Celibidache, le chef associé du Philharmonique de Berlin. Karajan vouait une inimitié à Celibidache et raya son nom de la liste des chefs titulaires du Philharmonique. Ce dernier ne redirigera le Philharmonique qu'une seule fois, en 1992, après la mort de Karajan et son nom ne fut rétabli parmi la liste des chefs titulaires que tardivement par Simon Rattle, lors de sa prise de fonction à la tête du Philharmonique de Berlin en 1999.
    Il est alors à la tête de l'orchestre qui est considéré, à l'époque, et depuis longtemps déjà, comme le plus prestigieux du monde et Karajan peut se considérer comme l'héritier de la plus grande tradition allemande de direction orchestrale (Richard Wagner, Hans von Bülow, Arthur Nikisch et Wilhelm Furtwängler). La qualité de l'orchestre est telle que Karajan confia une fois à ses nouveaux musiciens qu’« il avait l'impression de s'appuyer contre un mur épais lorsqu’il les dirigeait » .
    En 1955, après un premier concert à New York, il fait avec l'orchestre une grande tournée aux États-Unis, qu'il renouvelle l'année suivante.
    En 1956, Karajan prend la direction artistique du Festival de Salzbourg, qu'il ne quittera pas jusqu'en 1988. En 1957, il succède à Karl Böhm en tant que directeur artistique de l’Opéra d’État de Vienne, poste qu'il quitte en 1964 sur une brouille. En 1967 il crée le Festival de Pâques de Salzbourg, tout en restant à la tête du Festival de Salzbourg. C'est alors qu'il enregistre au disque, jusqu'en 1971, un Ring qui fait date par son parti-pris de transparence sonore et de légèreté orchestrale.

    Herbert Von Karajan

     De 1969 à 1971, il est le directeur artistique de l'Orchestre de Paris. En 1977, il retrouve l'Orchestre philharmonique de Vienne pour la première fois depuis 1964 ; il n'y sera plus jamais directeur, mais chef invité. À l'orée des années 80, Karajan joue un rôle capital dans le développement de l'enregistrement numérique et apparaît dans la première conférence de presse annonçant la création du disque compact. En 1982, il entre en conflit avec son orchestre en tentant d'imposer Sabine Meyer au poste de clarinette solo, dans une formation alors quasi exclusivement masculine. C'est le début d'une période tendue avec « ses » musiciens de Berlin qui le verra de plus en plus souvent diriger à Vienne. En 1987, il dirige le Concert du nouvel an au Musikverein de Vienne avec la soprano Kathleen Battle.
    Il donne son dernier concert parisien en 1988 au Théâtre des Champs-Elysées, avec, au programme, La Nuit transfigurée de Schönberg et la première symphonie de Brahms. Usé par la maladie et la douleur, il démissionne en 1989 de l'Orchestre philharmonique de Berlin, et réalise le 24 avril, chez Deutsche Grammophon et avec l'Orchestre philharmonique de Vienne, son dernier enregistrement, celui de la septième symphonie de Bruckner. Il meurt au mois de juillet suivant d'une crise cardiaque dans sa maison d'Anif.

     

    Herbert Von KarajanHerbert Von KarajanHerbert Von Karajan

     

     

    Herbert Von Karajan

     

     La valse des patineurs 

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

    Tritsch-Tratsch-Polka

    under donner und blitz

     

    Herbert Von KarajanJohann Strauss II, dit Johann Strauss fils (Johann Strauss Sohn) ou Johann Strauss le jeune, est un compositeur autrichien né le 25 octobre 1825 à Vienne où il est mort le 3 juin 1899.
    Son père, Johann Strauss (dit Johann Strauss père), et ses frères Josef et Eduard sont également compositeurs, mais Johann II est le plus célèbre de la famille. Surnommé « le roi de la valse », il est l'auteur entre autres du Beau Danube bleu. Plusieurs de ses polkas et marches sont également très connues, de même que son opérette Die Fledermaus (« La Chauve-souris »).

    Tritsch-Tratsch-Polka, op. 214, également connue sous le nom de Trish-Trash-Polka, est une polka écrite par Johann Strauss II dans la tonalité de la majeur en 1858 après une tournée triomphante en Russie pendant la saison des concerts d'été au Palais de Pavlovsk, près de Saint-Pétersbourg.
    Le titre peut se traduire par « bavardage » et faire référence à la passion des habitants de Vienne pour les commérages. Ce qui, d'ailleurs a fait fureur au Château de Schönbrunn, Strauss a également pu faire allusion à la pièce burlesque en un acte Der Tritsch-Tratsch (avec une musique d'Adolf Sr. Müller) que le fameux dramaturge et acteur autrichien Johann Nepomuk Nestroy avait créée en 1833 et qui était encore au répertoire des orchestres au moment de la composition de cette polka. Plusieurs personnes estiment aussi que le titre ferait référence au caniche de sa première épouse (Henrietta Treffz), qui se serait appelé Tritsch-Tratsch, mais cette origine n'est pas prouvée.
    La pièce est gaie et pleine d'esprit, comme beaucoup de polkas de Strauss.

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

     

    Cavalerie légère 

     

    Herbert Von KarajanFranz von Suppé est un compositeur et chef d'orchestre (né le 18 avril 1819 à Split, Dalmatie, à l'époque dans l'Empire d'Autriche - décédé le 21 mai 1895 à Vienne, Autriche) de nationalité autrichienne. Bien qu'il ait composé près de trente opérettes, ainsi que 180 farces, ballets, et autres compositions pour la scène, il reste actuellement connu principalement pour ses ouvertures dont certaines bénéficient même d'une belle notoriété comme Poète et paysan, Matin, midi, et soir à Vienne ou encore la célèbre ouverture de la Cavalerie légère.

     

    Cavalerie légère (Leichte Kavallerie) - 21 mars 1866, Carl-Theater de Vienne

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

    Joyeuse marche

    Espana

     

    Herbert Von KarajanAlexis Emmanuel Chabrier, né à Ambert le 18 janvier 1841 et mort à Paris le 13 septembre 1894, est un compositeur romantique français. Bien que principalement connu pour deux de ses œuvres orchestrales, España et Joyeuse Marche, il composa de nombreux opéras, pièces pour piano et chansons. Ses créations, de grande qualité, étaient admirées de nombreux compositeurs, comme Debussy, Ravel, Satie, Richard Strauss, ou encore Stravinsky.
    Chabrier était ami avec beaucoup d'écrivains et de peintres de son temps, tels que Claude Monet, Edouard Manet, Emile Zola ou encore Alphonse Daudet, avec qui il entretenait une grande amitié. Admirateur des peintres impressionnistes, il acheta de nombreuses toiles, dont certaines sont aujourd'hui exposées dans les plus grands musées du monde.

     

    Joyeuse marche est une pièce orchestrale écrite par Emmanuel Chabrier (1841-1894).
    Elle est dédicacée à Vincent d'Indy. Son tempo est Tempo di marcia molto risoluto e giocoso.

    La Marche est passée par plusieurs versions avant d'aboutir à celle, orchestrale, qui reste la plus connue.
    En septembre 1888 Chabrier écrit à son éditeur qu'il a l'intention d'orchestrer six pièces pour piano; dont sa Suite pastorale, La marche française et l' Andante en fa. Delage écrit que cet Andante a été créée en 1875 au Cercle de l’Union artistique à Paris, avec Jules Danbé à la direction de l'orchestre. Pourtant, ces pièces sont en rapport avec le Prélude et marche française pour piano à quatre mains, écrit par Chabrier en mai 1885, l' Andante devenant alors un Prélude.
    Le concert de création a eu lieu à Angers le 4 novembre 1888 sous la direction du compositeur. Ce concert voit également la première du Prélude pastoral, de sa Suite pastorale, de Habanera, d' España. Il est complété de l'ouverture de William Tell, du Divertimento N° 2 pour deux cors et cordes de Mozart et de l'Adagietto extrait de L'Arlésienne de Bizet.
    Lors de sa création parisienne en avril 1889, le titre de la pièce devient Marche joyeuse et sa réception en a été enthousiaste. La version finale du titre (Joyeuse Marche) est donnée au cours du concert Lamoureux le 16 février 1890. Le prélude, cependant, disparaît pour ne réapparaître qu'en 1943 parmi la collection d'autographes de Robert Brussel.

     

    España est une rhapsodie pour orchestre écrite par le compositeur français Emmanuel Chabrier en 1883.
    España fut écrite à la suite du séjour de Chabrier en Espagne à l'automne 1882 avec sa femme et sa famille ; le compositeur y fut enchanté par la musique espagnole et andalouse. De retour à Paris, il promit au chef d'orchestre Charles Lamoureux qu'il allait écrire une pièce aux accents espagnols qui feraient se lever et s'embrasser les personnes présentes dans le public ! Il écrivit ainsi cette pièce, inspiré par les mélodies, les rythmes et le style de cette musique. Bien qu'au départ Chabrier comptât l'écrire pour le piano, il réalisa vite qu'il allait avoir besoin de la brillance d'une orchestration, et utilisa toutes les ressources qu'elle pouvait lui apporter.
    La première se tint le 4 novembre 1883 aux Concerts Lamoureux et rencontra un immense succès.
    La construction de la pièce est simple : une introduction, suivie de six thèmes alternés aux accents espagnols.
    À noter que la mélodie principale de España fut reprise dans une chanson de 1956, qui devint un hit, Hot Diggity de Perry Como - 73 ans après la première de España.

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

     

     

     Marche de Radetzky

     

     

    Herbert Von KarajanJoseph Wenzel Radetzky von Radetz (en tchèque : Jan Josef Václav hrabe Radecký z Radce), couramment appelé comte Joseph Radetzky, est un maréchal autrichien originaire de Bohême, né le 2 novembre 1766 au Château (zámek) de Trebnice (Trebnitz) près de Sedlcany (actuelle République tchèque), mort le 5 janvier 1858 à Milan.
    Commandant en chef de l'armée autrichienne en Lombardo-Vénitie, il fut chargé du rétablissement de l'ordre suite aux révolutions de 1848 qui ébranlèrent l'empire d'Autriche. Il mena plusieurs batailles en 1848 et 1849 (Santa Lucia, 6 mai 1848 ; Vicence, 10 juin 1848 ; Custoza, 25 juillet 1848 ; Mortara et Novare, mars 1849). Le français Georges de Pimodan y fut son aide de camp.
    Il fut, avec Schwartzenberg et Windischgrätz, l'un des principaux artisans de la Réaction au Printemps des Peuples dans l'empire d'Autriche, qui déboucha sur le Système de Bach.
    Il inspira Johann Strauss Père pour sa Marche de Radetzky interprétée traditionnellement chaque année en clôture du Concert du nouvel an à Vienne, puis à Joseph Roth son célèbre roman, La Marche de Radetzky.

     

    La Marche de Radetzky (AM (en) II, 145, opus 228) est une célèbre marche militaire viennoise de Johann Strauss père composée en 1848 en l'honneur du Feld-maréchal autrichien Joseph Radetzky von Radetz (1766-1856), vainqueur de la bataille de Custoza contre les Piémontais en 1848 mais aussi fer de lance de la réaction qui suivit le "Printemps des peuples" et mit en place le Système de Bach auprès du jeune empereur François-Joseph Ier d'Autriche.
    Particulièrement appréciée des Viennois, une version de concert est traditionnellement interprétée à la clôture du Concert du nouvel an donné par l'Orchestre philharmonique de Vienne.

     

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

    Orphée aux Enfers

     

     

    Herbert Von Karajan

    Jacques (Jacob) Offenbach est un compositeur et violoncelliste français d'origine allemande, né à Cologne le 20 juin 1819 et mort à Paris le 5 octobre 1880.

     

    Orphée aux Enfers est un opéra-bouffe en deux actes et quatre tableaux d’Hector Crémieux et Ludovic Halévy, sur une musique de Jacques Offenbach créé le 21 octobre 1858 au théâtre des Bouffes-Parisiens, puis dans une seconde version en quatre actes et douze tableaux le 7 février 1874 au théâtre de la Gaîté.

     

     

    Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan            Herbert Von Karajan

     

     

     

    Schwanda the Bagpiper

     

     

    Herbert Von Karajan

    Jaromír Weinberger, né le 8 janvier 1896 à Prague (République tchèque, alors Autriche-Hongrie), mort le 8 août 1967 à St. Petersburg (Floride, États-Unis), est un compositeur et pédagogue d'origine tchèque, naturalisé américain en 1948.

     

     

     

     

     

     

     

     Ref : Wikipédia

     

     

     

     

    « Richard Anthony, 1966 albumHenry Mancini, 5ème volet »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    5
    Lundi 10 Février 2014 à 06:25

     Oups oublié pas de message de moi ici lol c'est bizarre mais non avec ces coupures je ne sais plus ce que j'ai vu ou non alors je passe au hasard et ça tombe ici aujourd'hui

    gros bisous du lundi mon ami Georges et je te souhaite également une bonne semaine ton amie Mado

    4
    Lundi 3 Février 2014 à 09:03
    Coucou Georges,
    Un grand , très grand sans doute dur , sans doute caractériel mais les chefs d'orchestre surtout ceux de l'ancienne génération l'étaient presque tous . Tu as choisi des grands classiques , je m'écoute La cavalerie légère ... j'ai quelques 33 t de Karajan . Ton article est complet comme il se doit tu as fait un beau boulot !!!
    J'espère que tes crêpes d'hier étaient bonnes ... passes un bon lundi
    Bisous Nadine
    3
    Samedi 1er Février 2014 à 12:15

    Un peu moins fan de Orphée aux enfer, mais des passages superbes. Monsieur Herbert Karajan était un grand chef d'orchestre, et je ne suis pas étonnée que ses musiciens n'aient 

    pas toujours apprécié sa dureté... mais il touchait au génie... Je l'appréciais beaucoup. Une baguette magique....

    2
    Samedi 1er Février 2014 à 12:09

    J'écoute : Schwanda the Bagpiper de Jaromir Weinberger, une polka aussi ?  De toutes façons superbe il est né le 8 janvier comme moi .... Mais bon pas la même année!!!!!!!! Bisous!

    1
    Samedi 1er Février 2014 à 12:06

    C'est au rythme d'une célèbre polka que je viens te faire un signe amical!  Merci encore pour ce partage qui doit te demander beaucoup de travail et en plus il est bien fait!!!!!!!!! ta passion nous transporte au delà de la grisaille d'un hiver atypique! Gros bisous amicaux! Anne.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :